Les vaporistes à Bassecourt JU

Certaines associations ont encore de l’énergie pour marquer leur 40 ans d’existence… Cela a été le cas les 4 et 5 novembre dernier, Les Ailes du Lémont ayant invité notre ovale vapeur dans le cadre de la célébration de ses quatre décennies d’existence. Une délégation restreinte des vaporistes du CR IIm a donc présenté ses activités au public jurassien.

Le « petit ovale » est de sortie !

Les occasions de partir en exposition sont de plus en plus rares, et une telle occasion de pouvoir faire découvrir nos activités dans le Canton du Jura ne devait pas être manquée !
C’est ainsi que le vendredi 3 novembre, trois membres vaporistes, Michel, Christian et moi-même, nous retrouvons sur le coup des 8h30 pour démarrer une grosse journée par un bon café-croissant… Au menu de la journée, le déplacement du petit ovale à Bassecourt, au cœur du Jura, et le montage et l’inévitable tâche de mise à niveau du réseau. Le chargement à trois a est assez rapide malgré la main d’œuvre limitée ; heureusement que Christian a l’œil et l’habitude des chargements pour les transports de nos réseaux…

2017 11 03 bassecourt arrivee

Dès l'arrivée, le bus est positionné pour faciliter le déchargement - Photo: © Eric Videlier 2017


Moins de deux heures après notre départ du Gros-de-Vaud, arrivée à Bassecourt sur le coup de midi, et repas au restaurant du centre Coop ; et pour digérer, rien de tel que de décharger le contenu du fourgon loué pour l’occasion, de répartir les modules dans l’espace alloué et d’attaquer le montage !

2017 11 03 bassecourt dechargement

Déchargement du fourgon; tout le matériel est placé au centre du futur réseau - Photo: © Eric Videlier 2017

 

Début du chantier à 13h15, et deux heures plus tard l’ovale est monté…, non sans quelques surprises… En effet, il est clair que le petit ovale accuse lui aussi le poids des années : le pied d’un module est endommagé, les plateaux commencent à s’affaisser en leur partie centrale…

2017 11 03 bassecourt montage

Le montage commence dès le bus retourné à l'extérieur; à trois, l'avance est néanmoins rapide - Photo: © Eric Videlier 2017

 

Dès 16h15, le premier train peut enfin rouler, en l’occurrence cette fois la diesel DB de Christian avec deux de ses voitures. La partie la plus délicate aura été sans conteste la mise à niveau du réseau, le sol étant loin d'être plat... En prime, nous avons constaté, rapidement heureusement, que notre niveau d'eau était endommagé; si nous avions suivi ses conseils, nous nous serions retrouvés avec un drôle de montage et un réseau pour dahus...! Par chance, nos voisins et hôtes des Ailes du Lémont purent nous dépanner avec un niveau d'eau fiable.

2017 11 03 bassecourt train1

Peu après 16 heures, le premier peut enfin rouler! Tradition respectée... - Photo: © Eric Videlier 2017

 

Ayant un rendez-vous à l’EPFL le soir même, je laisse alors mes deux collègues terminer le montage avec la pose des rideaux et le rangement du matériel… Une activité qu'ils ont effectué à eux deux, mais au moins la partie lourde était terminée.

2017 11 03 bassecourt reseau ok

Juste avant de quitter mes 2 amis, vue sur un stand quasiment prêt - Photo: © Eric Videlier 2017

 

Un samedi de novembre dans le Jura

Samedi, 10 heures… Les portes s’ouvrent pour le premier jour de cette exposition, et le public est rapidement au rendez-vous ! Il faut dire que la météo est plutôt agréable : il fait frais, le vent souffle, mais le soleil est généreux durant la majeure partie de la journée.
Pour les deux jours d’exploitation, nous sommes quatre à animer le stand du CR IIm avec notre matériel roulant personnel, Cyril nous ayant rejoint. Nous nous rendons vite compte que la vapeur vive sur voie de 45 n’est pas une activité habituelle chez nos voisins jurassiens : l’intérêt suscité par nos trains provoque nombre de questions, dont la traditionnelle « vos trains roulent avec le courant des rails ? »…, et le public non seulement reste assez longtemps pour admirer nos trains et s’intéresser à nos activités de conduite et de ravitaillement des machines, mais pose aussi bien des questions sur le monde de la vapeur.
Un membre supporteur nous rejoint dans l’après-midi, avec l’arrivée de Muriel, qui vient non seulement pour visiter l’exposition, mais va aussi rester avec nous jusqu’au dimanche après-midi ! Longue journée pour les exposants, puisque le public reste nombreux jusqu’à la fermeture des portes, sur le coup des 20 heures.
Tout le monde souffle, puis après une courte partie officielle, tout le monde se régale d’une excellente fondue au fromage. La fatigue des deux journées se fait sentir, et la digestion donne le coup de grâce ; nous saluons nos hôtes et les autres exposants, avant de nous rendre au centre de Delémont pour y passer une bonne nuit réparatrice…

Dimanche pluvieux ? Une aubaine pour l’exposition !

Après un solide déjeûner à l’hôtel, retour à Bassecourt sous une pluie aussi glaciale que persistante. Au moins, nous sommes au chaud et au sec dans notre petit territoire ferroviaire ovale… !
L’idée d’aller passer un bon moment au chaud et au sec, bien souvent en famille, est aussi partagée par de nombreux jurassiens ; l’exposition ne désemplit pas de la journée, et les cantiniers ont beaucoup de travail à satisfaire l’appétit des visiteurs et des exposants.
Les organisateurs ne sont pas avares ; nous avons même droit à un ravitaillement sous forme d’une bonne bouteille et d’excellents gâteaux, ce qui nous aide à tenir la longueur. En ce dimanche, la foule se presse depuis l’ouverture matinale à 10 heures, et jusqu’à 18 heures lorsque la fin de la manifestation est annoncée au micro par l’organisation. Huit heures non-stop d’animation à ajouter aux organismes des quatre vaporistes qui se sont engagés pour répondre aux attentes des Ailes du Lémont et du public…
Selon les bonnes habitudes prises depuis des années, lors de la dernière heure d’ouverture les véhicules qui ne sont plus utilisés sont gentiment retirés du réseau et rejoignent les caisses de rangement, sans que l’exploitation ne s’arrête pour autant. Mais dès 18 heures, les derniers véhicules quittent sans attendre les rails et les derniers rideaux côté public disparaissent très rapidement.

Mais le week-end n’est pas fini pour autant…

Malgré la fatigue, la motivation est toujours là ! Une heure seulement suffit à ranger les locomotives, les voitures et wagons, à démonter l’intégralité du réseau et à charger les modules et les caisses dans le fourgon. Très bon timing, car c’est justement à 19 heures que nos organisateurs servent un copieux souper à tous les participants, souper bienvenu et qui nous fait gagner un temps précieux.
Sans nous attarder, nous faisons nos adieux à toutes ces personnes qui ont rendu cette manifestation possible et qui est apparemment une réussite. À deux véhicules cette fois, le fourgon et la voiture de Cyril, nous retournons en terre vaudoise, toujours sous la pluie et dans la nuit. Sitôt arrivés, le déchargement est entrepris sans traîner et il n’est juste pas 21 heures lorsque nous quittons notre local d’Étagnières pour rentrer à la maison, fourbus mais contents et satisfaits que tout se soit bien passé.

Quelques constatations

Cette expédition en terre jurassienne a révélé quelques points dont il faudra tenir compte à l’avenir…
Premièrement, les modules du petit ovale vapeur sont fatigués. On peut les mettre sur le même plan que notre ancien ovale vapeur, désormais transformé en réseau fixe au local. Le poids des années, ainsi que les nombreux cycles de transports, montages et démontages, ont affaibli les modules : phénomène de flambage des plateaux (fléchissement dans le plan vertical), endommagement du pied d’un module, fixations moins assurées…
Ensuite, sur ces mêmes plateaux, les voies ont subi les mêmes dommages que celles de l’ancien grand ovale avec le vieillissement des traverses en plastique LGB après des années d’exposition à l’alcool des machines, de petits incendies, sans parler des embranchements qui ne sont plus aussi sûrs et qui ont provoqué au moins un déraillement qui aurait pu mal se terminer ; par chance, Cyril était juste à côté de sa machine au bon moment !
Enfin, face à ces problèmes, chacun y est allé de ses propositions et idées…, plus ou moins délirantes ou sérieuses. Petit florilège : création d’un nouvel ovale sur base aluminium ; zone de chauffe reliée au réseau pour se passer des pelles de transfert ; nouvelle zone de garage des véhicules remorqués ; quelques idées à approfondir pour faciliter le transport et les montages / démontages, si possible par deux personnes maximum…
Bref, entre un ovale vieillissant, un nombre de vaporistes dans la force de l’âge de plus en plus réduit, et une tendance à préférer le cocooning à Étagnières aux déplacements en expositions, il y aura matière à discussions…, mais cela ne reviendra sur la table qu’après la fin des travaux d’ampleur qui sont en cours sur le réseau vapeur fixe !
En attendant, les héros fatigués ont récupéré, le petit ovale est stocké dans notre local, et les souvenirs de ce superbe week-end dans la région de Delémont sont encore bien présents dans les esprits du petit groupe qui s’est déplacé pour les 40 ans des Ailes du Lémont.