Venir au club

Le chemin de fer LEB ayant cessé son exploitation le 4 décembre 2013, après 140 ans au service de la population et de l'économie du Gros-de-Vaud, il est conseillé de nous rendre visite en utilisant votre voiture, un parking étant à disposition à la Grande Salle de l'Etang.

Merci de votre compréhension.

Portes Ouvertes

25 et 26 avril 2020
Réseaux électrique + vapeur.
Entrée gratuite.
Buvette:
- Boissons et petite restauration
Horaires:
- Samedi, 10h - 18h
- Dimanche, 10h - 17h.
Activité présente sur Loisirs.ch.
Voir les détails de cette manifestation pour le samedi et le dimanche (programme pouvant être différent).

Ovale vapeur

Notre ovale vapeur vient de s'enrichir d'une nouvelle zone de garage des rames remorquées.
Cette installation, placée sous les voies principales, permet le stockage de longues rames marchandises ou voyageurs déjà préformées.

Et de nouveaux décors sont apparus...

Réseau électrique

LE grand chantier en cours sur ce réseau bâti sur 3 étages consiste deux activités: reconstruction intégrale de la gare de Lucens, et évolution du système de commande des gares et des trains.
Cet ambitieux projet de transition vers le numérique se base sur les microprocesseurs Arduino et cette activité est dans une phase intense.

EiWi Bahndammfest 2019

Comme chaque année au club EiWi (à quelques minutes de Bâle) est organisé le fameux Bahndammfest. Cette année, cet événement se tenait le 29 et 30 juin.
Cet événement est un rassemblement de personnes qui roulent au 1/32ème à la vapeur vive. Des vaporistes et passionnés de plusieurs pays y viennent. C’est LE rassemblement de l’année ici en Suisse.
Je n’y étais encore jamais allé et ne savais pas trop à quoi m’attendre. Je n’avais vu que des images de leur magnifique réseau extérieur. Voici donc un petit aperçu de cette belle journée du 29 juin.
Comme à mon habitude, j’arrive très tôt ; je suis sur place vers 8h. J’ai donc eu le privilège d’aider un peu à la mise en place des chaises et de deux ou trois autres choses. Rien de bien spécial jusqu’à ce qu’un membre du club d’EiWi enfile sur le dos une soufflante pour les feuilles mortes afin de nettoyer le réseau.

 

2017 12 09 tables ovv

À grand réseau, grands moyens ! C’est par un usage modéré de la souffleuse à feuilles que les plateaux sont libérés des objets indésirables, comme les feuilles justement. Mais gare au ballast, il faut doser...

Il faut dire que nous sommes sous de magnifiques arbres très denses, il n’y a donc pas dix milles moyens de nettoyer rapidement le réseau. Il faut juste y aller avec douceur pour éviter que le ballast ne soit, lui aussi, soufflé.
D’ailleurs, ces arbres me réjouissent, car la météo annonce des températures caniculaires. Si nous ne sommes pas sous un soleil de plomb, je préfère.
Après les nettoyages, le trackmaster et quelques personnes procèdent au contrôle du fonctionnement des aiguillages. Il s’agit d’un système de leviers avec des câbles en acier qui partent du tableau de commande et qui vont aux aiguillages. J’ai bien aimé la chaise du trackmaster… moyennement confortable à mon avis, car il s’agit d’un tampon de locomotive.
En tous cas, c’est tout un travail de mettre en service ce grand réseau extérieur. Il faut compter environ 3 heures de préparation.

eiwi   plan de roulement

Le tableau des roulements avec 3 zones bien distinctes ; de gauche à droite, la zone concernant le grand circuit avec la voie extérieure et l’intérieure, le petit circuit avec la voie intérieure et extérieure, et tout à droite le plan du réseau et les informations essentielles. Belle organisation… !

Le monde arrive gentiment vers 9h30. De mon coté, je me suis inscris pour rouler avec ma 232U1 à 10h30 sur le grand circuit extérieur. Les roulements sont organisés comme d’habitude par tranches de 30 minutes. Comme c’est un circuit à 4 pistes, il y a du débit en terme de tournus. En général, tout le monde peut rouler 1 fois sur la journée. L’heure tourne et comme personne ne s’est inscrit pour 10h, j’ai pu commencer à chauffer plus vite que prévu.
Tout est organisé à la perfection. Il y a une zone de stockage pour les rames, une zone de chauffe, et une zone de refroidissement pour les machines. Sur cette dernière, on doit enlever les locomotives dès que possible afin de laisser la place aux autres. En effet, à 4 machines qui roulent toute les 30 minutes, la zone de refroidissement est très vite pleine.
Ma 232U1 arrive au timbre, la soupape s’ouvre. J’avance donc sur la plaque tournante pour me positionner sur la voie de jonction qui va sur le réseau, en attente du signal de manœuvre. Le trackmaster, de son poste de commande, tourne les aiguillages appropriés et me fait un grand signe d’avancer. Purgeurs ouverts, l’allure au pas, la machine franchit les divers embranchements et s’arrête après le dernier aiguillage qui donne sur le grand circuit extérieur du réseau. Le trackmaster me fait maintenant reculer jusqu’à la gare, où une magnifique rame de 10 voitures voyageurs m’attend. Le temps de crocher les voitures, de vérifier le niveau d’eau, le feu, de changer la marche et la voie est libre. Régulateurs grands ouverts, la 232U1 arrache son train. Et je n’exagère pas, la rame est vraiment lourde ! Les voitures qui sont de type métallique (donc lourdes) ne doivent pas être montées sur roulement à bille.

2017 12 09 cantiniers

Rouler avec une machine de vitesse sur un réseau extérieur aux courbes généreuses (comme ci-dessus), aux longs alignements (voir ci-dessous), et au soleil… mais pas trop, voilà qui ne peut que ravir tout vaporiste, surtout lorsqu’il peut ainsi « se lâcher »… !

Mais la 232U1, fidèle à elle-même, accélère gentiment. Le 1er tour du circuit, je suis tendu. Bien qu’un train de test soit passé avant moi, il y a quand même une petite appréhension en suivant sa machine le long du réseau. Je roule donc à environ 60 km/h sur mon wagon compteur. Tout se passe très bien, j’ouvre donc un peu plus le régulateur afin d’atteindre les 100-120 km/h de vitesse de croisière. C’est un régal de voir sa machine rouler en extérieur, c’est une première pour moi avec cette locomotive. Les tours passent, il faut surveiller les gens avec les appareils photo et les sacs à dos. C’est vraiment beau et plaisant comme décors, ça change de notre réseau en intérieur. Quarante cinq minutes plus tard, arrivée à destination. La machine freine son lourd convoi. Il est venu le temps de décrocher et de manœuvrer pour aller à la zone de refroidissement, toujours sous les ordres du trackmaster.

Deux américaines à l’honneur : en haut, la fameuse Daylight du Southern Pacific en tête d’une longue rame voyageurs représente le grand Ouest ; en bas, l’une de ces étranges Camelback avec sa cabine surélevée et sa silhouette inhabituelle représente l’un des nombreux réseau de l’Est des États-Unis.

Extinction du feu, « wow », quel moment génial, quel plaisir de rouler sur ce grand réseau.
Le reste de la journée est un bal interminable de roulements de machines plus belles les unes que les autres. C’est vraiment agréable de voir autant de machines différentes au même endroit. Il y a de tout, vraiment. Du suisse, de l’anglais, de l’américain, du français et ainsi de suite. De la folie ! Il est difficile de ne pas avoir mal aux yeux et à la tête tellement il y a de choses à voir. Imaginez un peu, toutes les 30 minutes ce sont 4 nouvelles machines qui roulent…
Il y a un petit coin où se trouve une exposition de matériel à vendre. Quelques wagons, voitures et machines à des prix vraiment intéressants y sont présentés.
Il y a aussi quelques tables avec des fabricants comme Twerenbold, Wyko.

Nos amis alémaniques aiment aussi le confort…, et comme tout bon club réunissant des adeptes de la voie ferrée, la cantine est LE point névralgique du réseau ! EiWi ne fait pas défaut à la tradition, et l’on peut voir que les discussions ont l’air animées autour d’un bon verre ou d’une bonne assiette. Endroit stratégique autant que convivial, puisqu’on y échange force idées et astuces, et que l’on peut y refaire le monde en très bonne compagnie… La météo invitait à une pause dans cet endroit à l’ombre et à la vue… intéressante !
Toutes les photos : Cyril Vivian © 2019

À midi, la buvette est pleine. C’est « grillades party ». L’après-midi est une continuité de la matinée. De belles rencontres, des passionnés tout aussi timbrés que moi, de belles machines, un endroit merveilleux sous les arbres…, c’est sûr, l’année prochaine, j’y retourne !
Je vous invite à aller voir sur notre page YouTube la vidéo que j’ai faite de cet événement. Un vrai régal.